Une route panneau solaire, c’est quoi au juste ?

À l’heure où l’exploitation des énergies renouvelables devient de plus en plus une priorité pour chacun, un nouveau genre de route est en plein essor, notamment en France : les routes panneaux solaires, aussi connues sous le nom de routes solaires. Leur principe ? La couche supérieure de leur chaussée est faite de panneaux photovoltaïques. Découvrez tout ce qu’il faut savoir.

Une route panneau solaire, c’est quoi au juste ?

Si de plus en plus de routes panneaux solaires font aujourd’hui leur apparition, notamment dans l’Hexagone, force est de constater que l’idée n’est pourtant pas récente : c’est au début des années 2000 que les routes solaires ont été évoquées pour la première fois aux États-Unis. Le projet est ensuite devenu réalité en 2014 pour les premières pistes cyclables faites de panneaux solaires, puis l’année suivante pour les premières routes panneaux solaires. Et, en cette année 2018, la Chine vient même d’inaugurer la toute première autoroute solaire du monde, sur une étendue de deux kilomètres.

En pratique, une feuille de silicium placée sur la chaussée, entourée d’une résine protectrice pour constituer une dalle, permet de capter les rayons solaires directement sur la route, qui devient alors une route solaire. Elle est directement raccordée au réseau électrique local et fournit dès lors de l’énergie solaire.

Pourquoi ces routes solaires existent-elles ?

Les routes panneaux solaires constituent une bonne alternative pour produire de l’énergie, à l’heure où la planète entière est à la recherche de nouvelles façons pour faire face à l’épuisement progressif des réserves d’énergies fossiles (charbon, pétrole, gaz) et limiter la pollution. En cela, les routes solaires, qui misent sur les énergies renouvelables pour devenir de véritables sources de production d’électricité, constituent un investissement pertinent et un enjeu d’avenir. Mais à quoi sert l’électricité produite au juste ?

Actuellement, on estime qu’un kilomètre de route panneau solaire peut alimenter l’éclairage public d’une ville de 5 000 habitants. En théorie, les experts expliquent que les routes panneaux solaires pourraient ainsi à terme alimenter l’éclairage de l’intégralité des communes françaises, en couvrant seulement un quart des routes du pays.